Tous les articles par xoff

plongée

encore des baptemes de plongée à marseille, faut bien persévérer

le ouigo est pratique en ces periodes estivales, 1h45 pour aller à marseille et pour une somme modique. sur place, on marche et c’est trés bien. le soir, un airbnb dans un endroit bruyant mais pas désagréable, c’est samedi soir et c’est fiesta.

les baptemes se font le samedi apres midi et le dimanche matin pour moi, pendant que valériane fait des plongées plus profondes.

les trajets en bateau vers les frioul ou l’archipel du riou, sont super désagréables sur des bateaux genre zodiac, ça secoue mais le dimanche matin nous avons la chance de voir des dauphins.

le club grasm est sympa d’accueil et le baptisé toujours aussi nul.

outre les dauphins, dans les curiosités, un monsieur max, retraité depuis 5 ans, qui revendique 15 000 plongées, d’avoir été scaphandrier, un cancer des os (pas des eaux!), un genou en plastique, de connaitre le monde entier (à part l’australie).

 

Le sixieme sommeil

51C4CH1ascL._SX195_

encore un werber

ce qui différencie ce bouquin d’autres pages turner, c’est que là on ne sent pas obligé de lire tous les mots. c’est bavard et convenu. ça manque d’écriture tout ça.

du coup, je saute de paragraphe en paragraphe, sans tout lire, et au bout d’un chapitre ou deux, et bien ça ne manque toujours pas pour suivre les aventures de toujours le même héros.  un livre qui se lit parfaitement en diagonale.

des ronds de jambe pour étaler sa science, et une histoire en forme de réchauffé.

d’ailleurs, ça fait penser qu’il faudrait trouver des métriques  pour qualifier une bonne lecture en diagonale:

  • je lis 90% des mots et j’arrive à 100% de compréhension
  • je lis 100% des mots et j’arrive à 80 % de compréhension, là il faut relire
  • je lis 60% des mots et j’arrive à 60% : efficacité ou pas?
    une sorte de formule de l’efficacité avec une marge acceptable=> ce livre aurait une D=0,8 (80/100)

Furie divine

517ZQA2e5hL._SX195_

de Jr Dos Santos

j’aimais bien les premiers lus de cet auteur, j’avais l’impression d’apprendre des choses comme dans la Formule de dieu. Là, c’est d’actualité, çà a l’air bien documenté comme d’habitude, mais le procédé littéraire n’a aucune intérêt, c’est cousu de fil blanc sans le moindre suspens réél. Et les personnages, surtout la « nana de l’histoire » est niaise à souhait.