Archives de catégorie : voyages

Perpignan calgary

De Perpignan, tgv pour Toulouse puis train de nuit pour Paris.

J avais jamais pris un train couchettes, ça fait ambiance Orient Express, c est sympa. C est climatisé et propre.

A paris, petit tour au jardin des plantes puis a Jussieu pour le souvenir

Rer pour CDG et après une longue attente c est 9h de vol pour Calgary. Je regarde Glass, suite d incassable et Split, c est un peu long mais pas inintéressant. Ensuite les débuts d Aqualand et second acte, l un est un navet et l autre n amène rien

A Calgary, il fait frais. On voit des écureuils et un lapin dans les rues gazonnees.

great divide trail

Pour cet été, promenade de 1100 km au Canada, le Great Divide Trail est au menu (avec des ours et des moustiques pour agrémenter le tout).

Ca devrait nous occuper sur juillet aout et un peu septembre pendant que Shany se reposera sous le soleil catalan.

Départ pour le canada le 25 juin, pas de date de retour pour le moment.

Aeroport du caire

c’est quoi ce bordel ?

Pour prendre un avion, avant les comptoirs de réservation, il faut passer un pre contrôle des bagages, en gros il y a 2 sas de contrôle pour 3 millions de passagers. La plupart des dits passagers ayant une montagne de bagages chacun. Il s’ensuit un tas d’aller retour pour les tapis roulants qui n’arrivent pas à gérer cette charge, et aussi pour les contrôleurs qui même qu’en ne regardant que d’un oeil sont obligés de vérifier un peu.

Je tiens donc à remercier l’idiot ou la commission d’idiots qui a mis ça en place, il fallait peut etre bien être plusieurs.

LOUXOR: fais pas tombeau

Nous arrivons à Louxor au petit matin, pas trop frais en sortant du train. Nous trouvons rapidement un hotel « Le grand hotel » , assez miteux mais néanmoins sympathique.

Il y a deux cotes à Louxor, à l’est et à l’ouest du nil. Nous commençons donc par L’est qui comporte le site de Louxor et celui de Karnak. Louxor est aussi connue sous le nom de Thebes.

mon meilleur profil
walk like an egyptian

east bank

Aux n plaies d’Egypte s’ajoute ici les caleches. Le harcelement de rue est permanent: gosses, caleches, taxi, gens qui veulent échanger des euros contre de la livre egyptienne, tout le temps …

La période de Louxor et alentours est plus récente, il s’agit plutot de -1000 à 0 avant le cruciforme. Nous voyons de temps à autres, l’influence grecque.

Temple de Louxor


Il parait que c’est un porte bonheur de toucher par là
allée des sphinx entre louxor et carnak… probablement finie des 2139

la rue

Les deux temples sont vraiment impressionnants ici.

Nous profitons de ce séjour pour faire un tour en mongolfiere, et tester notre acrophobie sur les hauteurs de louxor. Pour une somme assez réduite, nous faisons 45 minutes de vol.

Ensuite, Nous profiterons d’être ici pour aller un peu plus loin au temple de Dendera, consacré à la deesse vache Hathor (ou à raison).

Dendera

Au retour, la police et les militaires sont la pour nous aider et ils peuvent trouver un taxi qui sera obligé de se tenir a carreau cote tarif voire de forcer un bus de touriste à nous ramener gratos (de dendera ) quand nous refusons de payer trop un taxi.

Nous passons ensuite de l’autre cote … pas de l’autre cote du Styx, mais de l’autre cote du Nil, à WestBank

west bank

Entrée de Westbank

L’hôtel de ce coté est très calme et bien situé par rapport aux monuments. Ceux ci sont davantage protégés des mendiants également ce qui nous permet d’avoir une fin de séjour plus agréable et d’oublier peu à peu cette idée que tout ce peuple est horrible. On rencontre quelques personnes soit indifférentes soit sympathiques, ce qui est amplement suffisant.

Un des tombeaux

A l’hotel, nous sympathisons avec un touriste allemand, Aigo. Ca nous fait parler anglais au moins. Il est plutot rigolo avec sa volonté de trouver de la chicha 🙂

Joli temple
un peu de verdure

A pied et à velo, nous visitons le tombeau des nobles, des artisans, des reines, des rois, Deir El Medineh … certains sont tres bien conservés, et sont impressionnants pour les décorations. Ca me donne envie de devenir pharaon.

A l’hotel, nous essayons d’utiliser notre volonté écologique et demandons à ce que nous fasse bouillir de l’eau (pour eviter de toujours acheter des bouteilles). Nous constaterons que c’est de l’eau en bouteille qu’on nous fait bouillir …

Derniers instants en Egypte:

Nous avons un petit peu de temps avant le départ,et le long retour dans la neige en France. Nous en profitons pour tester le mac do local, avons le masochisme d’aller dans le souk chercher des cadeaux souvenirs, puis finissons au musée de Louxor (sympa mais petit).

Petite technique de négociation ici: si tu veux payer 30

  • le vendeur dit 250
  • tu proposes 25
  • il dit 200
  • tu proposes 20
  • il devrait assez vite proposer un prix plus conforme à ce que tu veux payer

un des vendeurs nous a demandé si on avait pas des stylos pour ses enfants, histoire qu’on paie un peu plus. On a été pas mauvais en nego car on avait quasi plus rien et qu’on voulait encore visiter le musée et prendre le taxi (à 150 livres, tarif imposé) pour l’aéroport.

Fayoun et El Miniah

Nous continuons vers Fayoun par bus.

Apres quelques difficultés pour trouver un hotel (il y en a trés peu ici), nous nous installons pour 2 nuits à El Fayoun. L’anglais du cru étant assez équivalent à leur maîtrise de l’écologie, nous avons vraiment du mal à nous faire comprendre. (A noter que Valeriane semble avoir du mal avec l’anglais local, contrairement à moi, mais je ne sais pour qui c’est positif … ).

La bonne surprise, c’est de nous voir offrir nos repas dans une sandwicherie … » welcome to Egypt »… enfin un geste sympa et gratuit.

Nous faisons donc un peu de voiture toute la journée et visitons un parc avec une cascade (nous sommes dans un oasis), puis essuyons une jolie tempête pour finir la journée. La tempête de sable, ma première, est un phénomène assez difficile à vivre, le sable s’infiltre de partout et ça rend toute progression difficile.

La cascade


Le soir, nous avons évidemment des difficultés avec le taxi car nous avions demandé 4 sites et nous n’avons visité que 2, aussi nous ne voulons pas tout payer, ce qui est logique de notre point de vue mais pas du sien …

Dans le desert, avant la tempère

Ensuite nous mangeons du cashari soit du riz, avec des pates, des lentilles, des pois chiches et des oignons frits. Ca tient au corps.

Ici aussi, la rue et les canaux sont de vastes dépotoirs, même les chèvres visitent les amas de détritus constituant le trottoir pour se nourrir. La fête à la féta.

Aprés ces deux nuits, nous partons en microbus pour El Miniah. Nous avions prévu de faire la moitié du trajet en train, mais nous n’avons pas pu acheter de billet… euh pourquoi? je ne sais pas

A partir d’El miniah

Nous apprenons difficilement sans doute, et nous prenons à nouveau un taxi pour aller voir des tombes. Evidemment ça va encore mal se passer avec lui car il va estimer avoir rendu un service supplémentaire car il nous a suivi sur le site au lieu de rester dans sa voiture à rien faire (comme il ne parle pas anglais il ne sert à rien de toute manière).

Pour repartir, nous avons du mal a prendre un billet de train , des que nous parlons anglais a un guichet, celui ci ferme. Heureusement nous interceptons un étudiant bilingue. Étrangement des que notre hôtel est informé que nous prenons le train pendant la nuit, la police est la pour nous escorter, Drôle de sensation que de se promener dans les rues accompagnés par des gens armés. La police est très présente ici, et une de ses missions est d’éviter tout problème pour les touristes.

Il y a souvent des portiques de securité soit pour les monuments, soit à la gare, quand nous passons ça bipe à qui mieux mieux mais tout le monde s’en moque.

Le trajet en train est assez long, celui ci ne roule pas vite, et les locaux ouvrent les portes extérieures 15 minutes avant l’arrivée à leur gare de destination, … et il fait froid

Pour ces deux petites étapes, on aura eu des soucis avec les taxis évidemment mais on a été moins sollicités par les « money,tips… »

Aiguisés dès gizeh?

Pendant le voyage, en passant par Paris, c’est la première fois qu’on me demande en France, quel est le pays de mon passeport … la barbe … enfin, je dis que je pense que ça vient de la barbe un peu envahissante du moment. D’ailleurs la machine à reconnaissance faciale aura un peu de mal aussi.

Arrivés au Caire vers minuit, le froid est là et nous ne distinguons pas d espion dans ce nid.
Un taxi nous emmène à notre hôtel en banlieue a coté des pyramides, l’expression rouler a tombeau ouvert est adaptée dans ce pays de profanateurs de sépultures.
Première réclamation a l hôtel: un drap de dessus, ils n en mettent jamais ici.

marcher penché, et encore là ça descend pas

La Poubelle, le plastique c’est fantastique

Premier jour: visite de la pyramide d ‘Aboussir puis celles de Saqqara (nous nous étions renseignés auparavant avec une video de Jean Philippe Lauer,   celle où le prestigieux archéologue nous apprend que les enfants travaillent mieux que les adultes). Il faut faire une descente courbé penché dans la pyramide, qui laissera quelques courbatures le lendemain tellement le mouvement n’est pas naturel. Chaleur et puanteur sont la aussi. Nous maîtrisons assez vite les déplacements en microbus et comprenons aussi rapidement que « hello, money,tips,backshish » sont les mots anglais les plus usités par les mendiants  gueuxégyptiens, même certains policiers.

Nous enchainerons ensuite sur les pyramides de Gizeh pendant un deuxieme jour assez dense avant de repartir pour Fayoun.

Aboussir


Descente dans la tombe à Saqqara

Il n’y a pas tant de pyramides que ça en Egypte et nous voyons sur les 3 sites: Gizeh, Saqqara et Aboussir la progression en partant des pyramides en pente à niveau pour arriver à la pente douce de celle de Kheops.

Le lendemain, on touche le fond lors de la visite des belles pyramides de Gizeh, (là ou il y a celle de Khéops ami inculte). C’est le cirque total, les chevaux, les chameaux a louer dans tous les sens, qui font leurs besoins partout, les gamins qui escaladent les pyramides, les cris… Un véritable massacre de patrimoine par les locaux. Ici les égyptiens n’hésitent jamais a toucher de leurs doigts gras de chips les peintures ou pierres sculptées, et rien ne vaut un bon flash pour accélérer la détérioration! 10 plaies d Égypte ? Non , beaucoup plus…

On note aussi la présence de nombreux égyptémologistes, en gros des guides.

Pyramide à niveaux
Meme quand tu prends des chiens en photo, on te demande de l’argent car il faut les nourrir soit disant.

On est ici sur les premières dynasties égyptiennes, soit entre -2000 et -3000 avant la naissance du fils du charpentier cocufié.

L’oeil du Sphinx

Site de Gizeh

Encore Gizeh

Ces 3 premiers jours en Egypte m’ont permis d’apprécier l’ampleur et la beauté du travail réalisé pour construire ces pyramides. Mais la population bien qu’ayant l’excuse de la pauvreté n’aide pas à avoir envie de rester ici.