Dientes de Navarino

Ushuaia nous accueille froidement un soir et nous dirigeons en taxi vers un camping qui n existe pas puis vers le camping municipal non amenage.
le lendemain, nous visitons la ville sous la pluie, nous renseignant sur les possibilites de tours, d aller en antarctique, de randonnees, et enfin pour aller a port williams.
Ce n est pas un tres bel endroit, trop touristique, trop de magasins, heureusment les alentours ont l air encore assez beaux et preserves.
Nous verrons ce cote la plus tard, il est temps d aller au Chili avant de revenir ici.

Le trajet pour port williams est complique: bateau puis bus. il est surtout rendu bizarre par l aspect douanier des choses. en effet, nous passons au chili et c est lent.
on ne voit pas souvent les douaniers et on attend mais ca a l air a la bonne franquette.

Port williams est le concurrent chilien d ushuaia et je trouve que ce village est plus sympa que son grand frere argentin.
la moitie des passagers du bateau est francaise, ca depayse assez peu meme si je ne sais pas trop ou est Niort.
ici c est calme est desert, nous logeons dans
un refuge sympa en autogestion, el refugio del padrino, avant d aller faire une rando de plusieurs jours.

La population est majoritairement francophone et nous parlons souvent notre langue. La plupart d entre nous sommes des SDF (de luxe).
La legende de Pedro, un chilien, qui vient de terminer notre rando cible a l hopital se dessine peu a peu: hors de forme, trop charge, seul, ne buvant pas l eau des rivieres
, il a fini deshydrate et epuise la ballade de quelques jours.

Nous sympathisons neanmoins avec un allemand, Norbert, qui se retrouve etre le responsable
du poele a bois en l absence de la gestionnaire Cecilia.

Dans ce coin, la meteo est variable d une minute a l autre avec des temperatures assez fraiches.

Le lundi matin, apres quelques jours de repos, nous partons pour la randonnee la plus connue du coin, Las dientes de Navarino.
Nous partons a 8h et il pleut, il fait froid et il y a du brouillard mais bon ici la meteo est fluctuante comme deja dit.
Apres quelques errements dans la foret, nous montons sur la montagne, nous nous perdrons deux fois cette journee la. Peu de marques, peu de cairn, des faux chemins
(le chemin le plus marque n est pas le bon), heureusement l application Mapsme nous aide parfois (quand le signal passe). Nous arrivons neanmoins
a un emplacement de camping trempes et transis apres a peine 4h de marche, pas envie de continuer avec ce temps. Jour de pluie.

Le mardi, il ne pleut pas et nous reprenons la route. C est un jour plein de vent et de pierriers. Nous progressons vraiment lentement, parfois moins d un kilometre heure tellement
le cheminement est delicat. Nous rencontrons nos premiers bourbiers mais la meteo est clemente et il fait presque bon. Le briquet perdu sera meme retrouve, ce qui nous permettra
d allumer le rechaud et de boire un the salutaire le soir, sous la tente avec une belle vue sur le lac.

Le mercredi sera le jour de la boue, avec de l escalade dans de la terre spongieuse ou on s enfonce a mi mollet (comme l oeuf). Mais il fait toujours beau et les paysages
sont superbes, les lacs se succedent et la vue est belle. Comme toujours il faut etre vigilant sur le chemin, et ne pas hesiter a faire demi tour.
Les panneaux signaletiques sont vraiment rares et les chemins ont de multiples variantes.
Partout, les castors introduits par l humain taillent et detruisent les arbres.

Le jeudi, il ne nous reste que 3 kilometres (sur les 30) et ce sera la foret, avec ces troncs d arbre a franchir, la boue. Cette rando est tres sauvage et jolie mais elle est vraiment

dure physiquement. Cote meteo, nous avons eu de la chance, pas de tempete de neige et des temperatures clementes.

Reussite pour reussite, il reste une place au refuge le soir, pour apprendre que pour Torres del Paine ca va etre complique en raison de l affluence mais ca, ce sera une autre histoire.
Nous y retrouvons Bettina et Carston croises precemment.
Le 10 c est le retour a Ushuaia en bateau pour la suite.

 

le beau refuge

 

la rando

 

oiseau dans la brume

contents de voir un cairn

pierres extra terrestres

encore un signe de pac man

on dirait les dentelles de montmirail

ca c est le chemin

 

cairn cheval

 

 

au reveil

des chevaux sauvages

sur un barrage de castor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image