Le moment opportun

Dans un monde en perpétuel changement, a l évolution incontrôlée, je pense qu il est temps de faire le point sur l affrontement entre deux pratiques:

  • Faire ses sandwiches avant la rando
  • les faire au moment de la pause

On écartera d un revers dédaigneux et méprisant ceux qui ne mangent pas a ces occasions.

Faire ses sandwiches avant:

  • Cout écologique supérieur: cellophane, papier alu
  • Risque de gaspillage (bout de sandwich résiduel)
  • Pas de poids superflu en terme de quantité (pas tout le camembert par exemple)

Faire ses sandwiches a la pause:

  • Possibilité de doser selon son envie du moment pour les quantités et le contenu
  • Plus de convivialité dans le partage du pain ou du saucisson que dans une simple distribution de sandwiches
  • Plus coherent , quand on emmène du café on ne prend pas un gobelet mais 1 thermos
  • Sans doute que ça fait porter plus de quantité mais on n’ est pas en rando pour se reposer
  • Plus dynamique et fantaisiste, moins triste que le tout préparé a l avance

Il existe aussi des pratiquants du sandwich tout fait.

La préférence doit nous éclairer profondément sur la personnalité de ses adeptes.

Pour ma part, je suis un adepte des sandwiches fabriqués a la pause. De la part de V, je n ai que pu obtenir un « laisse moi dormir, il est minuit ».

Je rappelle que les concombres et autres cornichons sont a proscrire dans un bon sandwich.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image