Fayoun et El Miniah

Nous continuons vers Fayoun par bus.

Apres quelques difficultés pour trouver un hotel (il y en a trés peu ici), nous nous installons pour 2 nuits à El Fayoun. L’anglais du cru étant assez équivalent à leur maîtrise de l’écologie, nous avons vraiment du mal à nous faire comprendre. (A noter que Valeriane semble avoir du mal avec l’anglais local, contrairement à moi, mais je ne sais pour qui c’est positif … ).

La bonne surprise, c’est de nous voir offrir nos repas dans une sandwicherie … » welcome to Egypt »… enfin un geste sympa et gratuit.

Nous faisons donc un peu de voiture toute la journée et visitons un parc avec une cascade (nous sommes dans un oasis), puis essuyons une jolie tempête pour finir la journée. La tempête de sable, ma première, est un phénomène assez difficile à vivre, le sable s’infiltre de partout et ça rend toute progression difficile.

La cascade


Le soir, nous avons évidemment des difficultés avec le taxi car nous avions demandé 4 sites et nous n’avons visité que 2, aussi nous ne voulons pas tout payer, ce qui est logique de notre point de vue mais pas du sien …

Dans le desert, avant la tempère

Ensuite nous mangeons du cashari soit du riz, avec des pates, des lentilles, des pois chiches et des oignons frits. Ca tient au corps.

Ici aussi, la rue et les canaux sont de vastes dépotoirs, même les chèvres visitent les amas de détritus constituant le trottoir pour se nourrir. La fête à la féta.

Aprés ces deux nuits, nous partons en microbus pour El Miniah. Nous avions prévu de faire la moitié du trajet en train, mais nous n’avons pas pu acheter de billet… euh pourquoi? je ne sais pas

A partir d’El miniah

Nous apprenons difficilement sans doute, et nous prenons à nouveau un taxi pour aller voir des tombes. Evidemment ça va encore mal se passer avec lui car il va estimer avoir rendu un service supplémentaire car il nous a suivi sur le site au lieu de rester dans sa voiture à rien faire (comme il ne parle pas anglais il ne sert à rien de toute manière).

Pour repartir, nous avons du mal a prendre un billet de train , des que nous parlons anglais a un guichet, celui ci ferme. Heureusement nous interceptons un étudiant bilingue. Étrangement des que notre hôtel est informé que nous prenons le train pendant la nuit, la police est la pour nous escorter, Drôle de sensation que de se promener dans les rues accompagnés par des gens armés. La police est très présente ici, et une de ses missions est d’éviter tout problème pour les touristes.

Il y a souvent des portiques de securité soit pour les monuments, soit à la gare, quand nous passons ça bipe à qui mieux mieux mais tout le monde s’en moque.

Le trajet en train est assez long, celui ci ne roule pas vite, et les locaux ouvrent les portes extérieures 15 minutes avant l’arrivée à leur gare de destination, … et il fait froid

Pour ces deux petites étapes, on aura eu des soucis avec les taxis évidemment mais on a été moins sollicités par les « money,tips… »

En avion

Quelques films vus dans les différents avions:



Solo

Franchement ? non! y’en a marre des star war et autres dérivées … là c’est juste chiant, à éviter… la jeunesse de han solo, sa rencontre avec chewbie, le gain du faucon millenium … globalement inutile

Le doudou

ok j’ai honte mais là j’avais pas dormi depuis longtemps … kad merad continue à faire des films genre de funes, ou pierre richard donc d’il y a 40 ans mais en étant pas drole .. du coup, bin c’est pas drole. une comédie pas drole a quelque chose de pathétique …


Première année

ce n’est pas une comédie du tout, c’est l’histoire de deux etudiants en premiere année de medecine, l’un facile, un peu là par hasard et l’autre bucheur. Ca montre l’ambiance de la fac de medecine et le combat pour reussir ce concours … J’ai trouvé ce film plutot interessant … William Lebghil reussit à sortir vraiment de son perso attardé de SODA, contrairement à son comparse majeur …

difference entre un etudiant en prepa et un en medecine ?

  • si on demande à un étudiant en prepa d’apprendre le dico,il va dire  » pourquoi? »
  • si on demande à un étudiant en medecine, il va dire « pour quand ? »

Aiguisés dès gizeh?

Pendant le voyage, en passant par Paris, c’est la première fois qu’on me demande en France, quel est le pays de mon passeport … la barbe … enfin, je dis que je pense que ça vient de la barbe un peu envahissante du moment. D’ailleurs la machine à reconnaissance faciale aura un peu de mal aussi.

Arrivés au Caire vers minuit, le froid est là et nous ne distinguons pas d espion dans ce nid.
Un taxi nous emmène à notre hôtel en banlieue a coté des pyramides, l’expression rouler a tombeau ouvert est adaptée dans ce pays de profanateurs de sépultures.
Première réclamation a l hôtel: un drap de dessus, ils n en mettent jamais ici.

marcher penché, et encore là ça descend pas

La Poubelle, le plastique c’est fantastique

Premier jour: visite de la pyramide d ‘Aboussir puis celles de Saqqara (nous nous étions renseignés auparavant avec une video de Jean Philippe Lauer,   celle où le prestigieux archéologue nous apprend que les enfants travaillent mieux que les adultes). Il faut faire une descente courbé penché dans la pyramide, qui laissera quelques courbatures le lendemain tellement le mouvement n’est pas naturel. Chaleur et puanteur sont la aussi. Nous maîtrisons assez vite les déplacements en microbus et comprenons aussi rapidement que « hello, money,tips,backshish » sont les mots anglais les plus usités par les mendiants  gueuxégyptiens, même certains policiers.

Nous enchainerons ensuite sur les pyramides de Gizeh pendant un deuxieme jour assez dense avant de repartir pour Fayoun.

Aboussir


Descente dans la tombe à Saqqara

Il n’y a pas tant de pyramides que ça en Egypte et nous voyons sur les 3 sites: Gizeh, Saqqara et Aboussir la progression en partant des pyramides en pente à niveau pour arriver à la pente douce de celle de Kheops.

Le lendemain, on touche le fond lors de la visite des belles pyramides de Gizeh, (là ou il y a celle de Khéops ami inculte). C’est le cirque total, les chevaux, les chameaux a louer dans tous les sens, qui font leurs besoins partout, les gamins qui escaladent les pyramides, les cris… Un véritable massacre de patrimoine par les locaux. Ici les égyptiens n’hésitent jamais a toucher de leurs doigts gras de chips les peintures ou pierres sculptées, et rien ne vaut un bon flash pour accélérer la détérioration! 10 plaies d Égypte ? Non , beaucoup plus…

On note aussi la présence de nombreux égyptémologistes, en gros des guides.

Pyramide à niveaux
Meme quand tu prends des chiens en photo, on te demande de l’argent car il faut les nourrir soit disant.

On est ici sur les premières dynasties égyptiennes, soit entre -2000 et -3000 avant la naissance du fils du charpentier cocufié.

L’oeil du Sphinx

Site de Gizeh

Encore Gizeh

Ces 3 premiers jours en Egypte m’ont permis d’apprécier l’ampleur et la beauté du travail réalisé pour construire ces pyramides. Mais la population bien qu’ayant l’excuse de la pauvreté n’aide pas à avoir envie de rester ici.


L3: semestre 2

Après un premier semestre difficile, surtout avec la mécanique quantique, c’est l’heure du deuxieme semestre.

Au programme:

  • un stage de 20 jours au CRAL (centre de recherche astrophysique de Lyon), basé sur des modélisations informatiques autour de la matière noire
  • mesures physiques
  • électromagnétiques et ondes (vas y maxwell)
  • phénomènes de transport (rien à voir avec les bus, c’est plutot convection et diffusion là)

Palais de la decouverte

une partie du grand palais, pas tres loin de celui de l’Elysée où Manu est installé.

Entre les examens de L3 du premier semestre, quelle bonne idée que d’aller voir le Palais de la découverte à Paris ?

Vous y trouverez des jeux amusants, des experiences interessantes, des mathematiques, un animateur de podcast science, de la chimie , et en ce moment une exposition sur les poisons (mineraux, vegetaux ou animaux).

un bon moment qui m’a permis de me rendre compte que je commençais à savoir des choses en physique (un peu moins en math).

un xoff pour la route