Romain Slocombe

j’avais jamais lu de bouquin de romain slocombe et là j’en ai enchaine 2

mortelle residence qui se passe à lyon et lolita complex qui se passe à londres

le premier visite les milieux artistiques, le role de la resistance (et de la collaboration) ainsi que la revolution

le second decrit les reseaux de prostitution et encore l’art contemporain

Alpilles

Sous les frontispices mordorés d’un hiver finissant-bordel-un avril naissant-putain des navires- des limbes striant les eaux des instants passés-s’lope- nous sommes partis de Lyon et Clérieux en un dimanche apres midi d’avril, C L, M et moi.
j’essaie d’apprendre à jurer.
Le point de vue féminin est que M.a un profil de chasseur …
c’est le camping du Pesquié à Eygalieres où nous rejoignons ¨Pierre et Charlotte qui sont dans le coin depuis samedi. ça a l’air de cailler dans ce camping allemand. M fait la vaisselle. Premiere nuit dans le froid.


lundi: direction Aureilles, joli site, trés fréquenté par les cohortes germaniques. ça fait du bien de se retrouver sur le rocher et de faire quelques pas, parfois géné par les vers des roches (les préposés à la sculpture des prises), certaines iront voir le surplomb en tête ou en moul’ ou en moulitete, Pierre est presque motivé par cette technique. Jolies voies sympas en tout cas et c’est bien enchanté que nous allons manger soupe, pates salées ++ dans la bergerie en tapant la lampe pour qu’elle s’allume. Le patron du camping qui semble habité ce soir de paques vient nous parler … hips


mardi: apres une nuit humide et froide, des bruits de bips au loin, un ane aussi, nous dejeunons dans la fraicheur, puis direction Mouries. Au dessus de golf, nous nous laissons vaincre par la dalle,le 4/5 la bas … bin je l’enchaine pas… M bloque sur une 6b, pour se refaire un mental: il part faire de l’artif dans une 5c, et ça tire au clou, et ça met les pieds sur les points … et ça change de voie …bon, pas du tout le meme genre de grimpe que la veille!
au soir, pates en apéro puis soupe et pates en tapotant sur la lampe de CL.d adou nous donne gentiment la meteo et ça met pas le moral.


mercredi: temps maussade, nous partons en rando des baux de provence à st remy, m2010 marche vite devant, on peine à le suivre, heureusement que le barrage est une impasse sinon nous marcherions encore. Nous finirons par une crepe aux baux (pas leur specialité).
dadou nous donne gentiment la meteo et ça met pas le moral. au soir, soupe et pates et re-pates en tapotant sur la lampe de CL. dans la bergerie, c’est l’étuve, faut dire qu’on vide directement l’eau chaude sur le sol sous la toile.


jeudi : pluie partout, on plie. on s’arrete à clérieux manger du riz, puis CL et moi allons tater du devers en moulitete à murmur.


moments agréables malgré les nuits fraiches

Col de l’épaisseur – Arves

c’est le we , c’est jeudi matin, 
8h nous partons Claire-Lise, Laurianne et moi en direction des aiguilles d’arves. Pas de soucis autoroutier jusqu’… valloire. Dans la station, je cherche les toilettes en roulant en sens interdit mais sur le trottoir pas loin de la gendarmerie, je ne suis pas un sauvageon. Apres cette pause, nous nous posons,mangeons et equipons au hameau de bonne nuit. Pas trop d’‚paisseurs, il fait si bon.
La neige est solide et sans encombre ni concombre, nous atteignons le refuge apres 600 m de deniv et 3h de promenades. En chemin, Claire Lise nous donne quelques notions de nivologie et l’ombre du petit Poucet pr‚c‚de nos pas. Apres une boisson chaude, exercice de recherche d’arva puis nous nous plongeons dans la fondue promise apres un vin blanc offert par le gardien. A cote 3 skieurs degustent le Farcement. Dijo au genepi offert puis c’est le dodo, enfin surtout pour les 3 skieurs ronfleurs …
A 6h on se leve sans se laver, on dejeune, c’est silencieux, j’y arriverais jamais avec leur cafetiere.
7h decollage,: le ciel legerement voil‚ sans froideur. La pente est raide assez vite, la neige est souvent dure, parfois molle. 1000 m … faire ce matin pour atteindre l’aiguille de l’epaisseur. Laurianne profite de la montee pour perdre ses lunettes de soleil bleues. On croise et double des skieurs et des skieurs nous doublent sans clignotance. Vers 10h, nous voila au sommet, bon rythme, la vue d’abord un peu nuageuse finit par etre superbe. Tout se degage et on voit jusqu’au mont blanc (Laulau prem’s). (en descendant on verra meme le rateau).
les aiguilles sont belles et (d’apres le gardien), ca se grimpe !!! on reviendra surement donc.
A la descente vers le refuge, ma raquette droite casse … c’est rude sur un pied d’autant plus qu’avec le soleil, la neige ramollit et que je m’enfonce. Laurianne perd une rondelle de baton.
Au refuge, on mange en profitant du soleil, on brule quoi. Ma raquette est reparee a l’elastique JLD et la ferraille (merci le gentil gardien). Puis on descend difficilement: la neige est super molle et on s’enfonce severe. Les skieurs galerent aussi dans le coin. Claire Lise perd une raquette et il faut faire du BTP pour la recuperer (la raquette pas Claire Lise) .
Voila la voiture et apres une re pause … valloire … lutter contre l’appel des crepes et de la pizza, nous voila … Lyon prestement, apres un super sejour. je veux y retourneerrrrrrr

Cascade -Villard Raymond

cascade de glace, episode 3!
apres les gleyzins, l’alpes d’huez nous voici partis direction villard raymond à cote de bourg d’oisans. deja sur place, les skieurs: pierlo, pierre, babeth et julien. pour les rejoindre en ce dimanche plein de soleil: celine, caro, geoffroy et moi. geoffroy est surement mon cousin distant… meme nom, origine lointaine
on se met donc en route … à bourg d’oisans, nous devons faire un detour car samantha (caro) a oublié son baudrier. C’est incroyable comme le mec du magasin de sport se met en 4 pour lui en trouver 3 (de baudrier) pendant qu’on boit un café et qu’en plus, il la cherche dans tout le village … il lui pretera aussi une polaire…
on rejoint les autres ensuite, la route est bien glacée mais je ne mettrais pas les chaines pourtant récupérées la veille au fond de l’isere
marche d’approche tres sympa, puis on attaque. julien a monté les cordes, pas le meme fromage que serge et on n’a pas moins de trois moul’ posées. la premiere est dure et attaque bien physiquement, pour ma part je ferais les 3. certains grimperont meme en tete (mais pas pierre:)) ! on se prend tous plus ou moins un ou des glaçons sur le nez et c’est sympa. c’est physique physique ! j’ai plus d’epaules mais super journée. le soir on rentre bien fourbu ! le gaul c’est parfois compliqué mais c’est bien!

 

Aussois

samedi direction aussois, toujours la neige en vue car c’est 2010 et j’ai de nouvelles raquettes à tester !
les partants: charlotte et pierre qui passeront la semaine la bas, dadou, juju et moi pour le we.
ça roule pas mal et on arrive pour midi. Dadou va chercher des skis pour Juju et on profite de son absence pour croiser AC… decidemment. on fait un groupe dadou et J pour le ski de piste pendant que Cha, Pierre et moi allons profiter du vent et du froid sur nos raquettes. Finalement, dans la foret il ne fera pas si froid et nous trouverons le monolithe histoire de preparer la future grimpe.
on rejoint la famille L à la creperie, les gourmands puis on file deguster une bien bonne fondue, beaufort et abondance, avant de se coucher à une heure indue : 21h30


le matin ça neigeouille mais on se lance à l’assaut des pistes de ski … de piste. on monte sur le telesiege, meme moi. arrivé en haut, apres une mega caillante ventée sur le telesiege, je me dis que + de 500 m de descente ça va me faire beaucoup en ski … alors je redescends par le telesiege et je vais skier tranquilou en bas des pistes, histoire de peaufiner le chasse neige, et de ne pas amortir le forfait
enfin c’est 2010. j’aurais au moins mis les skis et les chaussures…
au retour, on part à 16h30
17h37 tunnel de l’epine, cool on est bientot rentré, tiens ils annoncent « neige » dans le tunnel
on sort du tunnel et là berezina
la cata totale sur la route…
20h30 cool y’a 1h qu’on n’est pas arrivé
we à la neige again et premier pas sur les skis

Cascade de glace-Gleyzins

viens dans ma goulotte, je te montrerais ma …
euh non c’est pas ça! donc premiere sortie avec le gaul, direction gleyzins pour initiation goulotte. comme le samedi le veut, lever à 5h et rendez vous avec les gaulois à 6h.
les presents: remi, celine, julien, pierlo, anne-carole et moi. nous rejoignons serge à bourgoin (c’est lui l’encadrant). nous arrivons au depart de la rando raquette à 9h15 et au refuge à 12h15. niveau calcul du timing deja j’ai des doutes… il etait prevu 1h30 pour tout ça… peut etre au sec oui pour les 850 m de deniv … mais dans la poudreuse sans trace en raquette … pas trop, j’suis un peu ric rac physiquement … je galere trop en raquettes
on mange donc au refuge … faut bien
14h30 nous voila au pied des voies apres une grosse montée bien raide (encore 150 m de deniv)
là c’est super enneigé … pas de glace sans prendre un peu trop de risque pour l’encadrant qui s’enerve facilement auj’.
15h30 on redescend et à 18h nous sommes à la voiture. c’est fou le temps qu’on met à se changer et s’equiper , se desequiper dans une journée.
18h30 : christophe: « on est trop à droite »
18h30’01: serge: « on est dans le fossé « …
le 4×4 de serge veut pas sortir tout seul du fossé …
21h me voila à la maison …
bon j’aurais essayé mes chaussures, mes crampons, mes batons, mes guetres … mis un prenom sur quelqu’une croisée souvent au mur et toujours pas planté une broche par contre, j’ai appris le mot abalakov …
c’est remis à la semaine prochaine

Cascade Alpes d’Huez

samedi cascade à l’alpes d’huez
deja je me retrouve dans une station de ski et une grosse, c’est bizarre, drole d’année, je vais quand meme pas finir par skier ??? si / non ? bon aujourd’hui c’est cascade enfin! partants:celine,julien, AC, pierre, pierlo et serge et moi.
on se traine jusqu’à l’alpes et puis hop, montée dans les bulles et depart cascade. on fait des trous, posant des broches, reussissant l’abalakov!
l’encadrant demande à une cordée deja presente de monter la corde … spirit!
puis on grimpe. à un moment, je suis presque au sommet, celine fait un malaise, elle revient à elle , descend et serge en profite pour lacher l’affaire, il finira par rejoindre son auto 1h avant le groupe. pendant ce temps, on grimpe. pierre rale, on le croirait en dalle, il aime pas recevoir des glaçons sur le nez.
j’aime bien la cascade, c’est rigolo en moule.
on finit bien, sur le retour, je peux meme enfin me servir de mon accelerateur au lieu de trainer … j’en referais !

 

Soreiller #1

samedi matin, départ pour l’oisans comme souvent, objectif l’arete du Soreiller. 
Pierre et Charlotte sont à l’heure et nous partons récupérer Cathy cours Albert Thomas comme elle l’a indiqué, … mais bon, en fait c’est avenue des freres lumiere qu’elle voulait dire. Ensuite nous allons chercher Dadou à Chassieu (et pas Meyzieu comme disait Cathy) et cahin cahant nous voila au parking des Etages après une pause café bien méritée à la cordée.
la montée au refuge est assez longue et nous mettrons largement les 2h30 indiquées. Cathy rencontre un géologue guide mais elle n’est pas trés GG. la fin de la montée est humide car il pleut et que c’est froid. Le refuge du soreiller est plus fréquenté que celui de la Selle et beaucoup moins humide. Ce coup ci grand dortoir pour 20. Le soir, on mange pas mal du tout, soupe de fenouil, riz et sorte de blanquette de volaille, fromage et deux eclairs (enfin moi). Ensuite nous jouons au tarot, et cathy nous surprend par sa stratégie.
Le chien de la patronne de la cordée est venu faire un tour au refuge et il redescendra le soir meme. Etrange ce chien.
La nuit n’est pas calme pour tout le monde, dadou qui dort sous cathy tremble parfois et la blondinette au dessus de moi crie 948 pendant la nuit, manque 7 chiffres pour le reste de son numéro de tel.
au matin, à 6h, on n’est pas tres frais, et j’ai mis ma polaire à l’envers.Charlotte commet sa première erreur devant témoin avec une tartine (elle a une pratique du velo bien à elle ceci dit)!
le ciel est brumeux, normalement il doit pleuvoir à midi. on marche tranquilou jusqu’au pied de l’arete. puis on monte: les cordées: a/ Pierre, Charlotte et Cathy. b/ dadou et moi
c’est une bien jolie arete que voila, on a des vues superbes sur tout autour (enfin ça depend où en est la brume). on voit bien la dibona. on finit par s’arreter car il neigeote et qu’on se rapproche de midi. finalement il fera trés beau jusqu’à 18h ensuite … mais c’est pas grave, la journée fut si belle et l’ascension si agréable. j’y prends bien gout.
david n’aime pas les choucasses, semble t il et il les dénigre !
la descente est trés longue,c’est bizarre les choses auxquelles on pense en marchant, l’esprit complétement ouvert. Pendant ce temps, cathy fait des pirouettes, dadou skie, et on finit épuisé à la cordée pour une bonne part de tarte. Un groupe de chanteurs alcoolos-ko fait du bruit et nous rapproche de la triste réalité , il faut rentrer.
dans la voiture, david dit à cathy qu’il fait 12°C et celle ci répond « pu*ain de sa mere » , ok … on est un peu choqué quand même. Bon, elle a appris qu’elle avait pas le droit de boire et fumer cette semaine, ça doit être le choc.
le retour est égayé par la musique mélodieuse de la petite marmotte en peluche acquise à la cordée.
l’alpi c’est biennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !!! merci encore à l’expert!
<

 

{vsig}2009/soreiller20090927/{/vsig}

Rateau

c’est ma premiere sortie alpi! c’est ma premiere sortie alpi– ouhouhou– direction le Rateau Est!


samedi
David, Pierre et moi partons pour l’oisans, comme souvent et Charlotte pour bourgoin. A l’isle d’abeau, aprés avoir déposé Charlotte, j’achete un peu de comté pour la route…500 g. Nous arrivons assez facilement au départ de la marche d’approche sans nous arreter à la Cordée. Il y a 3h de promenade un peu monotone pour arriver au refuge, 1100 m de denivellé à fond de vallon. C’est long! Au refuge, le gardien qui mine de rien nous a reconnu nous affecte la chambre des guides . Il fait frais! David et Pierre révisent les manips pour m’extraire de la crevasse le lendemain et dadou montre ses dernières acquisitions en matériel: un duke et des mousquetons pas ovales mais H. Lui voulait des ovales mais au V.C. sont plus forts que la géométrie. Mais bon, je sors de la crevasse. Le soir, on est que 3 et on mange super bien ! Mais ça caille un peu. David dans son lit prendra en plus de la couette 3 couvertures et il me chipera meme ma couette que j’avais par inadvertance laissé choir. Ca c’est un pote.


dimanche:
lever 4h
depart 4h45
nous marchons dans la nuit aux lumières des frontales, le glacier, les crevasses qu’on evite. Chacun s’équipe, j’ai de la chance j’ai du matos de location provenant du VC, un piolet surdimensionné et des crampons ayant du appartenir à Frison-Roche (pas l’ecrivain, son grand pere).Pierre trace le chemin avec talent! c’est lui l’expert. On est encordé tel que Pierre devant, moi au milieu et Dadou en finisseur.
Nous atteignons la breche du rateau (3200m)avec les crampons puis on ascensionne, le rocher n’est pas bien joli mais c’est sympa quand meme. Le ciel n’est pas au sommet de sa forme alors que c’est bien ce que nous visons. Nous continuons par une belle montée en dalle (ce qui m’inquiete pour la redescente) puis une traversée d’arete, bien négociée puis une remontée dans la neige et la terre. on monte puis on renonce à 3400 m (sur 3800). La redescente se fait relativement tranquillement, david fait un demi cab pour faire un rappel et il est content. Sur le glacier, les deux bouts de corde font des essais de broches. Au bout d’une bonne heure de marche aprés le glacier, on rejoint le refuge. David semble un peu vidé quelques minutes aprés son arrivée. on descend pdt 2 h puis la pluie, les averses,le ciel gronde, on finira completement rincée à l’image de la carte de david lavée et presque repassée.
encore ce soir, on ne va pas à la cordée,david veut pas et pierre veut retrouver charlotte. charlotte/cordée… y’a un marat qu’on assassine. Retour à lyon, on passe prendre charlotte à bourgoin donc!
suis bien content de ma premiere sortie alpi meme si la meteo n’a pas permis d’atteindre le sommet mais dans 2 ans, quand on aura oublié la marche jusqu’au refuge, on ira finir!
merci à Pierre et David pour l’encordement et les conseils.

{vsig}2009/rateau20090912/{/vsig}

Glandasse

ascension du glandasse avec le jp qui revient du festival d’avignon.
rendez vous à 9h à chatillon en diois. constation numero 1, il sent bizarre le jp, ça va etre rando avec un sdf, il a mélangé ses affaires propres et sales et du coup, bin c’est saisissant, on sera pas embeté par les bimbos!
on commence à partir sur le gr95 avant de se dire qu’en fait on visait le 91, et du coup on fait demi tour apres etre passé deux fois devant des pseudo grimpeurs (vu le secteur de chatillon, c’est pas des vrais), et c’est à 9h45 qu’on commence vraiment.
on part trés vite, jp l’odorant transporte des abricots (environ 4kg) mais je ne sais pas pourquoi.
d’apres ma montre, on taquine les 600 m/heure. jp explose un peu sur la fin mais il tiendra bien le mouvement.
on arrive en haut un peu cuit et c’est surement à cause de ça qu’on rate le chemin, alors on continue. en gros, on fera la distance et le deniv’ mais on atteindra pas le sommet.
on mange rapidos et on redescend. j’avais vu qu’un gars avant mis 8hAR pour faire la rando, nous ne mettrons que 5h. la descente est ultra rapide et j’ai du mal à courir contrairement à jp qui cavale sérieusement.
on finit bien cuit cette belle rando en se promettant d’emmener du monde d’ici à la vire d’archiane (balladounette)!

un xoff pour la route