Inversion de tendance ?

je ne sais pas ce qu’ont donné les sorties we de P&PP aussi ne vous conterais je qu’une reussite de ce we, de la team C&C

depart pour le refuge du soreiller pas trop tot le samedi matin, car pendant la nuit, la voie normale de la dibona a été exclue du we, donc soyons cools

des bouchons sur la route, mais nous serons au refuge vers 16h, faisant la montée dans les 2h30 reglementaires, je me sens beaucoup plus en forme que l’an dernier… on est pourtant chargé comme des mules(pas des cyclistes quand meme)  car pas de demi pension et puis crampons en plus, en trop

(coté conditions, pas besoin de crampons ou piolet pour dibona normale, centrale)

la meteo est superbe

du coup, on glandouille bien jusqu’à 18h30, là faut s’activer pour faire à manger, car les autres réfugiés doivent manger à 19h leurs pates bolo (enifin pour optimiser la cuisson, ils ont droit à des coquillettes bolo, c’est plus vite cuit).

nous on mange semoule mélangée à soupe de ceps! c’est pas horrible ! le melange est pas mal du tout meme. une idée repas we.

nuit un peu longue sans trop de sommeil et reveil à 6h

bon on change pas trop une équipe qui gagne et on crapahute un ti peu avant de demarrer l’arete, d’apres la martine du refuge y’a un groupe de 7 qui doit faire la centrale, on ne les verra pas …

ciel bleu massif, de la neige, c’est toujours superbe

l’arete se passe nickel, puis les longueurs, le rocher est super sec, ça change des années précédentes… seule la derniere longueur me met un peu au chaud, les dernieres semaines ont fatigué mon cerveau je crois … la semaine prochaine je randonne

on va au sommet conjurant ainsi mille sorts, vendant 1001 chats noirs à des sorciers ventripotents, fin de  la série but, des pierres, des echecs !

je crois que je vais m’acheter 2 friends de plus, je les perds pas mais j’en mets souvent 🙂

la redescente sans m’etonner est plus tendue, putain comme je flippe à desescalader sans assurage

pour deconner, la corde se coince, faut remonter, là je laisse une sangle (j’etais monté light recuperer la corde mais faut redescendre) puis on redescend la premiere longueur, et c’est plutot horrible ce truc, plus c’est facile à monter, plus c’est la galere à descendre

enfin voila la demarche retour, c’est pas du tout une rando facile de retourner de là, c’est souvent pas simple comme marche, (enfin plus smple que prendre le mauvais trip avec dadou de l’an dernier).

refuge atteint puis la grosse ballade de descente

caro court en descendant, pas moi, suis trop chargé, et j’aime pas courir en descente…

on va se manger une glace à bourg d’oisans (un jour faudra guerroyer sur ce marché qui pete sa race)

puis retour à lyon

un bien joli we, du gros ciel bleu, de la reussite, de la montagne, du rocher  et de la pierre,

le bonheur s’écrit en peu de mots

 

 

 

 

 

 

 

L’armée furieuse

fred vargas à chaque fois, depuis sous les vents de neptune, les bois eternels et un lieu incertain, fait perdurer l’excellence avec l’armée furieuse

bah c’est pas souvent que chaque mot, chaque page soit aussi plaisant et qu’en plus, je me dis que c’est encore mieux que le precedent !

chez fred vargas, le coupable n »est pas important, seuls comptent les reves du commissaire perdu dans ses limbes « ‘un pelleteur de nuages » et un  homme nul et d’exception

un voyageur de nuage

Pilier du borderan

Objectif ici

sur les aravis, la météo est bonne.

laissant rachida et thierry s’esbigner sur les couennes locales (manigod), Caro et moi allons visiter cette voie peu équipée mais qui fait partie de mes objectifs.

on n’est pas super en avance, on galere un peu à trouver le depart meme.

entre les autochtones qui indiquent mal, le topo mal foutu, c’est pas aisé.

la via ferrata du coin est hyper frequentée, jamais vu autant de metallo.

En tout cas, c’est pile en face de l’arete à marion, ça au moins ça ira pour demain. la marche d’approche est plutot abrupte, elle fait mal aux cuisses meme.

16h30 on est au bon endroit probablement mais pas moyen de trouver la  sangle bleue ou le point orange, mais apres beaucoup de patience à chercher, voila qu’on trouve le point rose et le piton du  depart jiuste au dessus du chamois mort.

17h on demarre,ça caille

sur L1, j’ai la trouille mais ça va je prends sur moi et pose les 3 points de la voie.

sur L2, le 5b, c’est la guerre dans ma tete, des fois je me dis que j’ai 2 coinceurs sous moi, ça me parait pas beaucoup, je pose meme un genou parce que j’avais plus rien du tout d’autre comme idée … trés jolie longueur cependant, de bons petits pas de grimpe j’ai trouve…

on essaye  les talkies et il s’avere qu’il faut bloquer la frequence, sinon on a plus la meme

on decide d’arreter là car il est 18h30, pas de L3 pour ce jour et but timing, mais on a fait le plus dur.

on tire un rappel et hop ..

20h15 on est sur le site de couenne pour retrouver T&R, sont pas là .. on sait pas quoi faire, on repart sur Thones

21h ah finalement ils etaient là

21h30 on les recuperer on decide de ne pas camper et d’aller à l’hotel de Thones où il reste des chambres

22h00 on mange une pizza 🙂

23h00 on arrive à l’hotel et hop plus de place 🙁

apres moults appels aux gites du coin, nous voila au camping de Thones, faut gonfler le matelas et pas dormir.

à 7h30 on partira du camping, comme on a vu personne, on a pas payé .. en 2011 le camping est gratuit

dentelles de mai

par soucis d’economie de carburant, anne caro et moi partons grimper aux dentelles de montmirail plutot que dans les calanques où la meteo est meilleure..

un petit tour au marché de ste cecile les vignes (intention de faire vivre les producteurs locaux et pas ces enc* de grandes surfaces), un fromage et des ravioles achetés equitablement plus tard(25 euros le kg), nous voila à gigondas.

pause café,dans le but de favoriser le commerce autochtone  qui n’a pas forcément l’air d’en avoir besoin, mais aussi pour verifier si le masseur serveur de cathy est encore dans les lieux; que nenni !

allez hop on est là pour grimper, secteur pieds nickeles (vu en partie avec dadou en 2009).

cette année, je me rends compte que mon topo de 2003 est bien has been , il y a des voies inconnues au bouquin.

d’autres grimpeurs au topo  recent (les consommateurs de daube qu’ils sont), nous aident cependant.

on fait des voies rigolottes dont un 5c+ avec des points loin loin loin et aussi une voie engagée, où il faut passer dans un mega trou… ainsi que, parfois sur la roche bien mouillée. Heureusement, on a un bel arbre écologique pour nous protéger des averses frequentes.

jamais fait autant de mental que ce we je crois…

une fois qu’il fait beau, on se dirige vers le gite à malaucene mais sans rouler trop vite.

le gite est sympa et on mange les ravioles, pas mal de randonneurs qui trainent ! c’est pas vraiment cher pour une nuit

————————————-

dimanche matin direction le grand travers, il y a un vent terrible

comme secteur c’est pas une revolution, caro rame un peu ppur les voies en tete, pas à l’aise avec ça encore.

faut dire que pour un site ecole, c’est equipé n’importe comment. chute au sol encore possible au 3eme pt.

ensuite on se meut vers le grand cayron (en marchant).

suis deja un peu cramé mentalement pour ma part.

je donnerais meme un maillon rapide dans une 6a, meme pas le courage de faire une rechap’ et je me finirais sur un 5b/c en tirant au clou tellement j’en peux plus.

encore une journée sans manger (une tomate bio ça compte pas)

————————————-

we mitigé sur la meteo, cote engagement au dessus du point j’ai donné, cote niveau grimpe, c’est pas ça, sinon ça roule (lentement)

 

De dentelles20110514
De dentelles20110514

Arete à Marion

ici

le dimanche apres une sale nuit au camping, nous voila partis pour l’arete à marion.

8h30 au parking et 10h en bas de la voie. Deja pas mal de people devant nous, et de la troupe qui arrive derriere.
La marche d’approche est plutot longue et au final c’est Caro qui rame …

13 longueurs avec le challenge de tout faire en grosse (sauf pour rachida dont la leitmotiv sera « je mets mes chaussons ou non ? »)

On demarre en corde tendue, c’est plutot sympa et surequipé. Jolies cannelures dans les 2 premieres longueurs puis un pas bien bourrin en A0 dans la 3eme.

Ensuite superbe promenade, souvent trés protégée parfois un peu moins.

Sur la fin, ça commence à bouchonner.

L11 est un  peu tendue sur le fil de l’arete avec un rocher pas trés bon, difficile à protéger, ça crée des tensions dans la cordée.

Du coup, L12 et L13 se feront avec un vrai relais.

L13 a un bon petit pas de dalle au démarrage.

c’est tout trés bien equipé, pas besoin de coinceurs, quelques sangles…

Pique nique au sommet et redescente (on a mis un rappel quand meme pour eviter les risques inutiles) et descente dans le neve fondant … pas besoin de crampons, un piolet ça peut aider mais c’est pas obligatoire.

Rachida et Thierry mettront facilement une heure de plus dans la descente.

On finit sur une glace à Thones.

Une belle journée de grimpe … bien jolie arete

A penser pour moi: essayer d’utiliser un peu plus les bequets quand c’est en mode rando.

 

un xoff pour la route