Aiguille de Quaix

mode hold up pour l’aiguille de quaix (des cakes)

pour accroitre la pratique rocher de dadou avant son anniversaire ou la mienne apres le mien, nous partons gravir l’aiguille du quaix.

Depart le mercredi soir en 8, experience vivifiante et direction grenoble.

Utilisation du présent gnomique: passage  par la pizzeria qui sait faire une pizza aux ravioles pour moi, et un gratin de gnochis et une glace pour dadou.

Ensuite nous nous rendons à planfay. rapide reconnaissance sur le chemin du lendemain et tentative de dormage et dormition. Je reve d’une poissonnerie ..;

Il fait beaucoup trop chaud, je suis en nage, la nuit sera longue du coup. Dadou klaxonne vers les 2h du mat’ histoire de reveiller les rares voisins.

C’est pas bien plus confortable que la 307.

J’ai ouvert un peu une vitre et dadou a froid, mais pas moi.

Du coup, reveil aisé à 5h du matin.

5h20 nous partons apres un ultra frugal petit dejeuner. Il fait toujours lourd.

6h nous voila à l’attaque.

L’escalade est courte, et bien équipée. Environ 25m de pas faciles. Du coup, bin c’est vite fait.

Ensuite descente en utilisant soit les cordes fixes, soit en faisant un rappel.

7h20 et nous voila à la voiture apres un petit footing.

et joyeux retour à Lyon.

la journée va etre longue.

belle réussite, un peu frustrant sur la longueur de grimpe quand meme.

Couloir de la Clapiere

c’est l’ascension alors il faut grimper, le choix se porte sur cette sortie ici

premier  couloir de neige pour moi

dadou est finalement excusé, tant pis il ira bien faire l’aiguille de quaix un jour prochain

au depart donc mercredi soir, pierre et moi, direction valloire et plan lachat (enfin cha n’est pas là … et les souris ont trop froid)

il est tard, et c’est à 21h30 environ que nous arrivons

à 22h, apres un frugal repas, nous voila dormant. Pierre à l’arriere de la 307 en vrac, et moi sur le siege passager enfin la place du mort (je crois pas que ça marche vehicule arrete dans un parking cette histoire). Pierre bouge brusquement plusieurs fois pendant la nuit. on s’est bien caillé, et à 5h quand le reveil sonne, on est vite actifs.

à 6, depart pour le couloir de neige. pas de doute sur l’itineraire et on attaque. la neige est jolie.

physiquement c’est un peu dur pour moi, pierre gère nickel. l’exercice est plutot interessant et on s’en sort bien. jolis pas à la fin car ça se redresse.

et voila une belle reussite , bravo l’expert pour m’avoir emmené la haut.

ensuite, c’est le calvaire de la descente pour moi pendant que pierre se promene à skis.

j’alterne crampons et raquettes,  batons et piolets et je me galere .. c’est tres long la descente, ça epuise.

à la fin, je reussis une photo d’un petit marmotton.

15h retour à l’auto

puis c’est le retour à lyon, épuisé et content 🙂

on devise de la decroissance de l’activité grimpistique de l’excusé 🙂

 

 

 

 

Dark shadows

un Tim Burton

ça depayse ce qui est pas mal, il y  a quelques bonnes surprises dans le film, meme si ce n’est globalement pas très drole, quelques trouvailles

et comme dit un critique du masque et la plume, on sat pas trop pourquoi il dit non à eva green le johnny depp

sinon y a aussi alice cooper

Sur la route

j’avais peur de m’ennuyer pendant la projection de ce film, et encore, je n’avais pas vu qu’il dure 2h20 ..

cependant, bien qu’il y a ait une ou deux longueurs, ça se laisse bien regarder

sex, drugs et … jazz (à l’epoque le rock n roll n’existait pas)

ils se sont bien amusés à traverser les usa de part en part

lyon urban trail

Lyon Urban Trail : 12 km et 600 m de D+

les inscrits de l’equipe: anne et son mari, ainsi que nelly … je n’ecrirais pas la liste des lacheurs, j’ai pas la place Cool

beaucoup de monde au départ, et un fond d’air tres frais … le deniv demarre assez vite par la montée saint paul, gros goulet d’etranglement dans les arenes, 4 minutes de stop, puis on redescend fourviere, et on remonte et on redescend …

quasiment impossible de courir dans les escaliers, trop de monde

ensuite on repasse la saone, impressionnant le passage sur la passerelle en bois qui bouge dans tous les sens, l’onde des coureurs au galop

enfin remontée de croix rousse, redescente et remontée et redescente, le moment le plus sympa de la course, les 3 derniers km descente et plat, avec une jolie traboule traversée et finish sur l’hotel de ville.

j’ai mis 1h28, les autres à peine plus .. difficile de gagner du temps sur la premiere partie, ça aurait ete possible sur la deuxieme.

à l’arrivée je croise un ou deux potes ainsi que valériane et sa maman venues m’encourager sans banderole .. (wé j’ai des maven girls (blague d’informaticien mais tant pis, j’assume)).

un objectif atteint pour cette année

38 temoins

bah alors c’est chiant

c’est mou

pas cru en grand chose dans cette histoire, ça joue pas tres bien

en fait, j’ai eu l’impression de voir un truc des années 70

j’etais mal placé pour partir au milieu du film alors j’ai essayé de dormir mais j’ai pas reussi

Extraits

lue dans un bouquin pas extra  (la symphonie d’einstein) mais bon

« Un homme marche toute sa vie dans le désert. A la fin de sa vie, il tourne la tete, regarde le chemin parcouru. Il remarque qu’il y a deux series d’empreintes parfois deux empreintes cote à cote, parfois une seule empreinte de pas. L’homme médite sur son passé et se dit qu’à certains moments, il était accompagné de Dieu et qu’à d’autres, il était seul.

Alors pauvre homme humain, il se tourne vers le Ciel et dit: pourquoi Dieu m’as tu abandonné dans les pires moments ?

Dieu lui répond: je ne t’ai jamais abandonné, là où tu ne vois qu’une empreinte c’est quand je te portais dans mes bras. »

un xoff pour la route