autre part,autre but

comme tous les dimanches, dans but magazine, nous vous contons nos echecs de la journée

faudrait juste faire une section « sorties-> but » …

bon direction le pilier martin (pilier robin pour les vrais specialistes du coin :-)), qui devait se poursuivre par la traversée des aretes du gerbier, belle et simple ambition

caro traine une tracheo, elle est malade mais decide de venir quand meme.

donc depart 9h, bonne route et arrivée à villars, on trouve le parking mentionné dans le topo, et en 2h, en louvoyant à peine, on arrive au depart du pilier (en fait c’est une dalle) ..

caro a souffert dans la montée, elle tousse, patraque quoi

y’a des gens devant nous

on attaque, il fait froid, c’est humide et glissant

dans la voie équipée, 3 points sur 45 m … c’est pas beaucoup, surtout quand ça glisse

bon j’ai tout fait en grosses, donc pas mecontent de ça, les doigts gelés

en revanche, pas content des pierres qui venaient du dessus, dont une qui est venue s’ecraser sur ma bouche dans cette eternelle premiere longueur, ça s’est mis à pisser le sang severe ..

une cordée de connards decide de nous doubler en corde tendue, et se rend compte que ça glisse a;ors il s’equipe au milieu …

caro me rejoint,elle est bleme (les pierres tombent, le binome est en sang, et elle est malade) alprs on prend la decision de descendre

mais bon pour ça faut attendre que les 2 connards montent … pas simple

retour à villars

dans le parking, une horde de vieux me donne (m’oblige à prendre ?) des trucs antiseptiques, des compresses, des pansements .. helppppppppppp

ensuite, on va au cabinet medical où j’ai droit à ma nouvelle serie de 3 points de la journée

retour à lyon à donf .. econo-mode ko

bon c’est pas facile d’animer le journal des buts, pour le moral

bilan:

– la carte ign est un plus
– le 4 en grosses, ça passe
– mon nouveau casque est confort

Retour aux Alpilles

vendredi soir, spectacle de bartabas aux nuits de fourviere, bof, un peu intello, et pas du tout le delire acrobaties de chevaux

jour 1: samedi matin, pas trop tot, depart pour les alpilles. pas mal de bouchons sur la route et on arrive à 15h au camoing « la vallée heureuse » d’orgon.

petite pub: un des campings les plus cools ds lequel je sois allé, plein de commodites (y compris musique dans les douches), piscine, calme, vastes emplacements,accueil super sympa (une bouteille de rouge pas degueu offerte), idealement placé par rapport aux falaises (écologie), des tables deja en place …

vers 16h, on va grimper à pied … super bien pour demarrer, il fait chaud un peu de monde mais tout sympa

failli prendre un plomb ds du 4 (ripage, chaussons à changer), joli coin

au soir, caro prend un plomb sur le baby foot

jour 2 : arete sud de l’etoile de provence sur la sainte victoire

on part pas trop tard, on trouve plutot facilement le parking et on part à la recherche de l’arete … on se promene beaucoup, on marche, on monte, on descend, on fait demi tour et puis on revient .. et enfin revelation … on comprend ce qu’est ce put* de « puits » et on voit le debut de l’arete alors on y va.

on fait la premiere longueur, purée je le sens pas du tout .. pas envie d’aller plus loin… rappel pour redescendre… rappel de la corde qui vient pas … petasse coincée… je remonte la chercher… la decoince et redescends …  meme en mettant tout mon stock de mauvaise foi d’un we entier, pas moiyen de la considerer comme faite .. donc but… je me pose 2 minutes avant qu’on reparte. j’en profite pour enlever mon casque et le laisser là …

on reviendra + preparé (là c’etait pas préparé du tout)

caro love la corde (ça c’est de la binome!)

redescente par les marques vertes de rando… bon faudra 3 rappels …

à un moment, j’essaie de mettre la corde sur l’attache corde du sac, l’attache corde a perdu, il est mort, ..

au parking (enfin l’autre, pas celui ou y’a la voiture), on tombe sur le jp … souvent je le croise le jp…

aujourd’hui dadou a vieilli !

au soir, mangeaison à st remy de provence, bin c’est bien sympa ce bled, et pas si rupin que ça

jour 3:

ce matin j’etudie la possibilite de convertir l’arriere de mon auto en chambre, en posant le matelas sur les sieges rabattus ! toit en dur et vue étoilée possible.

ensuite, on va grimper dans un autre secteur d’orgon mais à pied toujours !!! site beaucoup plus patiné…

on fait de la moule dans du 6a et du 6b … j’en ai plein les roupettes de mes chaussons qui tiennent plus rien

au camping sont sympas, on passe payer à 16h apres un passage de la gente feminine dans la piscine, et pas de surtaxe

—-

le nouveau topo des alpilles est tres bien … je trouve de plus en plus que c’est une excellente alternative aux dentelles et aux calanques que ce secteur là

3 jours de beau temps, et joli coin que les alpilles

Roc des boeufs

depart tardif  à 7h15 pour roc des boeufs

avec Pierre et Cha (petite perle),et nous rejoignons encore une fois et sans doute la derniere, dadou à  chassieu.

conduite trés écolo de celui ci …

arrivés au patelin du depart, y’a du brouillard, on fait la marche d’approche en passant plein de fois par dessus le fil séparant les vaches du vaste monde de la liberté ! freedom for cows!!! pourtant c’est indéniablement un chemin

c’est bien humide

au pied de l’arete enfin, du ciel bleu, on s’equipe. les petits partent à gauche et nous tout droit. bon on coince… et en descendant, je rippe, plombe et m’arrete sur l’arbre sur lequel dadou avait heureusement posé une sangle. je suis nul en descente et c’est mon deuxieme plomb de 2 jours, je deviens un tombeur //

bon on repart en suivant gentiment P&PP, je tremblote encore un peu.

ensuite on progresse jusqu’à un truc merdique où heureusement que dadou, retrouvant son ame de bricoman, pose une pedale et passe.

puis c »‘est le 5c (5a selon P), en dalle en artif… bon on rame ac dadou, … je vais voir la vire et nada, pas moyen …
on a failli redescendre là et au final ça passera en mettant les chaussons … faut ça des fois

P&PP nous encouragent, z ont pris le temps de manger pendant cette eclipse temporelle

apres, ça se goupille plutot pas mal, on avance jusqu’au sommet sans evenement notable

horaire explosé comme d’hab

dadou refusera de lover la corde en haut, trahissant son passé de serial lover, trouvant la stabilité dans un combat incertain contre l’esclavagisme, ou alors il  revendique les memes avantages que s’il etait une blondinette solaire

au retour  c’est laborieux, la descente glisse et on s’embourbe, et la route jusqu’à lyon est longue, ça touche ou ça touche pas

9h de voiture à  voiture environ

pas une super arete, pas en super phase auj’ mais bonne expérience et bonne compagnie 🙂

Inversion de tendance ?

je ne sais pas ce qu’ont donné les sorties we de P&PP aussi ne vous conterais je qu’une reussite de ce we, de la team C&C

depart pour le refuge du soreiller pas trop tot le samedi matin, car pendant la nuit, la voie normale de la dibona a été exclue du we, donc soyons cools

des bouchons sur la route, mais nous serons au refuge vers 16h, faisant la montée dans les 2h30 reglementaires, je me sens beaucoup plus en forme que l’an dernier… on est pourtant chargé comme des mules(pas des cyclistes quand meme)  car pas de demi pension et puis crampons en plus, en trop

(coté conditions, pas besoin de crampons ou piolet pour dibona normale, centrale)

la meteo est superbe

du coup, on glandouille bien jusqu’à 18h30, là faut s’activer pour faire à manger, car les autres réfugiés doivent manger à 19h leurs pates bolo (enifin pour optimiser la cuisson, ils ont droit à des coquillettes bolo, c’est plus vite cuit).

nous on mange semoule mélangée à soupe de ceps! c’est pas horrible ! le melange est pas mal du tout meme. une idée repas we.

nuit un peu longue sans trop de sommeil et reveil à 6h

bon on change pas trop une équipe qui gagne et on crapahute un ti peu avant de demarrer l’arete, d’apres la martine du refuge y’a un groupe de 7 qui doit faire la centrale, on ne les verra pas …

ciel bleu massif, de la neige, c’est toujours superbe

l’arete se passe nickel, puis les longueurs, le rocher est super sec, ça change des années précédentes… seule la derniere longueur me met un peu au chaud, les dernieres semaines ont fatigué mon cerveau je crois … la semaine prochaine je randonne

on va au sommet conjurant ainsi mille sorts, vendant 1001 chats noirs à des sorciers ventripotents, fin de  la série but, des pierres, des echecs !

je crois que je vais m’acheter 2 friends de plus, je les perds pas mais j’en mets souvent 🙂

la redescente sans m’etonner est plus tendue, putain comme je flippe à desescalader sans assurage

pour deconner, la corde se coince, faut remonter, là je laisse une sangle (j’etais monté light recuperer la corde mais faut redescendre) puis on redescend la premiere longueur, et c’est plutot horrible ce truc, plus c’est facile à monter, plus c’est la galere à descendre

enfin voila la demarche retour, c’est pas du tout une rando facile de retourner de là, c’est souvent pas simple comme marche, (enfin plus smple que prendre le mauvais trip avec dadou de l’an dernier).

refuge atteint puis la grosse ballade de descente

caro court en descendant, pas moi, suis trop chargé, et j’aime pas courir en descente…

on va se manger une glace à bourg d’oisans (un jour faudra guerroyer sur ce marché qui pete sa race)

puis retour à lyon

un bien joli we, du gros ciel bleu, de la reussite, de la montagne, du rocher  et de la pierre,

le bonheur s’écrit en peu de mots

 

 

 

 

 

 

 

L’armée furieuse

fred vargas à chaque fois, depuis sous les vents de neptune, les bois eternels et un lieu incertain, fait perdurer l’excellence avec l’armée furieuse

bah c’est pas souvent que chaque mot, chaque page soit aussi plaisant et qu’en plus, je me dis que c’est encore mieux que le precedent !

chez fred vargas, le coupable n »est pas important, seuls comptent les reves du commissaire perdu dans ses limbes « ‘un pelleteur de nuages » et un  homme nul et d’exception

un voyageur de nuage

Pilier du borderan

Objectif ici

sur les aravis, la météo est bonne.

laissant rachida et thierry s’esbigner sur les couennes locales (manigod), Caro et moi allons visiter cette voie peu équipée mais qui fait partie de mes objectifs.

on n’est pas super en avance, on galere un peu à trouver le depart meme.

entre les autochtones qui indiquent mal, le topo mal foutu, c’est pas aisé.

la via ferrata du coin est hyper frequentée, jamais vu autant de metallo.

En tout cas, c’est pile en face de l’arete à marion, ça au moins ça ira pour demain. la marche d’approche est plutot abrupte, elle fait mal aux cuisses meme.

16h30 on est au bon endroit probablement mais pas moyen de trouver la  sangle bleue ou le point orange, mais apres beaucoup de patience à chercher, voila qu’on trouve le point rose et le piton du  depart jiuste au dessus du chamois mort.

17h on demarre,ça caille

sur L1, j’ai la trouille mais ça va je prends sur moi et pose les 3 points de la voie.

sur L2, le 5b, c’est la guerre dans ma tete, des fois je me dis que j’ai 2 coinceurs sous moi, ça me parait pas beaucoup, je pose meme un genou parce que j’avais plus rien du tout d’autre comme idée … trés jolie longueur cependant, de bons petits pas de grimpe j’ai trouve…

on essaye  les talkies et il s’avere qu’il faut bloquer la frequence, sinon on a plus la meme

on decide d’arreter là car il est 18h30, pas de L3 pour ce jour et but timing, mais on a fait le plus dur.

on tire un rappel et hop ..

20h15 on est sur le site de couenne pour retrouver T&R, sont pas là .. on sait pas quoi faire, on repart sur Thones

21h ah finalement ils etaient là

21h30 on les recuperer on decide de ne pas camper et d’aller à l’hotel de Thones où il reste des chambres

22h00 on mange une pizza 🙂

23h00 on arrive à l’hotel et hop plus de place 🙁

apres moults appels aux gites du coin, nous voila au camping de Thones, faut gonfler le matelas et pas dormir.

à 7h30 on partira du camping, comme on a vu personne, on a pas payé .. en 2011 le camping est gratuit

un xoff pour la route